Almanar du Maghreb
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland

plusieurs articles sur black water

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

plusieurs articles sur black water

Message par Admin le Jeu 26 Nov - 13:56

Le PDG de Blackwater accusé de meurtres sur des témoins
publié par roland (Dazibaouebmaster) le 06/08/2009 13H33
****************************************************

Les poursuites judiciaires lancées par des Iraquiens contre le contractant Américain Blackwater sont relancées par un ancien employé et un ancien marine Américain qui accusent le propriétaire de la compagnie de meurtre.
Lors de propos tenus sous serment classées du 3 Aout dans un tribunal fédéral du district Est de Virginie, les 2 hommes ont témoigné que le propriétaire et PDG de la compagnie, Eric Prince, aurait assassiné ou arrangé l’assassinat de personnes coopérant avec les autorités fédérales Américaines, qui enquêtaient sur l’affaire.

“[Prince] se perçoit lui-même comme un croisé chrétien dont la mission est d’éliminer les musulmans et la foi islamique de la surface de la terre,” dénonce dans ses propos l’ancien employé – surnommé « John Doe
2 » -

"Les entreprises [de Prince] encouragent et récompensent la destruction de vies iraquiennes," ajoute-t-il.

Les 2 hommes, dont l’identité n’a pas été révélée par crainte pour leur sécurité, accusent Blackwater de faire de la contrebande d’armes en Irak, l’un d’entre eux affirme que Prince a utilisé ses avions privés pour procéder au transfert “illégal” et “hors la loi” d’armes en Irak.

Dans 2 déclarations séparées de 5 pages à propos de Blackwater, qui sont entre les mains des Xeme Services de LLC, ils ont aussi accusé Prince et d’autres haut cadres de Blackwater d’avoir détruit des vidéos, des emails et d’autres documents qui présentaient des preuves de leur culpabilité et qu’ils ont délibérément dupé le Département d’Etat Américain et d’autre agences fédérales.

Ces accusations et d’autres, forment une motion de 70 pages qui contient une série de déclarations prises sous serment et tombant sous le coup de la loi contre le parjure.

Cette motion est montée par des avocats au nom des civils Iraquiens qui poursuivent Blackwater en justice pour crime de guerre et autres malversations.

Les avocats de Blackwater insistent sur le fait que Prince et son entreprise sont innocents de toutes mauvaises actions. Les portes paroles de l’entreprise ont cependant refusé de faire de commentaires sur les médias.

Selon une source proche du dossier, “John Doe 2” est un ancien membre de l’équipe de direction de Blackwater. Sur la base de son propre témoignage, il a travaillé pour la compagnie pendant 4 ans.

"Il s’avère que M. Prince et ses employés ont assassiné, ou fait assassiné, une ou plusieurs personnes qui ont fournit des informations, ou qui planifiaient de fournir des informations, aux autorités fédérales, a propos de la conduite criminelle permanente de Blackwater," a déclaré « John Doe 2 », citant des informations fournies par d’anciens collègues.

"J’ai peur de subir des violences en riposte à mes déclarations… A plusieurs occasions après mon départ de l’entreprise de M. Prince, l’équipe de M. Prince m’a menacé personnellement de violences et de mort, " ajoute-t-il.

Désigné par "John Doe 1", l’ancien Marine Américain qui a travaillé pour Blackwater en Iraq a également tenu les mêmes propos.

“J’ai appris de mes collègues de Blackwater et d’anciens collègues que une ou plusieurs personnes qui ont fournis des informations, ou qui planifiaient de fournir des informations à propose de Eric Prince ont trouvé la mort dans des circonstances suspectes,” déclare-t-il.

Le Bureau de l’Avocat Général Américain du District de Columbia a refusé de commenter l’affaire, citant des restrictions légales.

Les procureurs fédéraux des Etats Unis ont assemblé un grand jury, au lendemain des tirs sur la place Nisour à Bagdad du 16 septembre 2007, où dix-sept Iraquiens ont perdu la vie.

Cinq employés de Blackwater attendent de comparaître devant la justice pour répondre aux accusations portant sur plusieurs homicides involontaires, et un sixième employé, Jeremy Ridgeway, a déjà plaidé coupable pour homicide involontaire et tentative de meurtre.

Une audition avec le Juge Ellis est prévue le 7 Aout concernant le cas des procès civils contre Blackwater.

source
******
http://dazibaoueb.fr/article.php?art=5325

*************************************************************

JUSTICE - Meurtre, prostitution enfantine, croisades...Alors que le bras de fer juridique se poursuit autour d'éventuels procès, les accusations contre la firme et ses dirigeants s'enchaînent...

De notre correspondant à Los Angeles

Un nom qui sent la poudre. Tellement qu'en février dernier, «Blackwater» l'a changé pour Xe. L'entreprise est l'une des plus importantes sociétés militaires privées. Son principal client? Le gouvernement américain, qui lui sous-traite notamment pour plusieurs centaines de millions de dollars une partie de la protection de ses officiels et de son personnel diplomatique dans des zones dangereuses. En Irak, le 16 septembre 2007, Blackwater est impliqué dans une bavure dans laquelle 17 civils sont tués. Un nouvel épisode sanglant et le début d'une longue bataille judiciaire, aux derniers rebondissements qu'on jurerait sortis de la dernière saison de la série 24 ou de Damages.

>> Notre questions-réponses sur Blackwater à lire ici

Plusieurs poursuites ont été engagées contre la compagnie et les six hommes impliqués. L'une d'entre elles, au civil, est menée conjointement par le Centre pour des droits constitutionnels et le cabinet Burke-O'Neil, qui représentent les familles des victimes irakiennes.

Blackwater a déposé de multiples motions, demandant au juge d'abandonner les charges. Leur argument principal: ses employés seraient couverts par «une immunité souveraine par dérivation». Un point jusqu'ici contesté avec succès par Burke-Oneil. Tout devrait se jouer le 28 août.

Plusieurs détails ont filtré des audiences préliminaires de début août. Notamment des accusations gravissimes contre Erik Prince, fondateur de Blackwater, un chrétien évangéliste de droite revendiqué.

Meurtres commandités?



Deux anciens employés témoignent anonymement, identifiés comme «John Doe 1» et «John Doe 2». Selon eux, Prince et son équipe

ont «tué ou ordonné le meurtre d'une ou plusieurs personnes qui s'apprêtaient à fournir des informations aux autorités» sur la tuerie de Nisoor Square.
prostitué des femmes irakiennes, «y compris des enfants» pour mener à bien leur business
Erik Prince «se voit comme un croisé chargé d'éliminer les musulmans et l'islam de la surface du globe […] Il a déployé en Irak certains individus partageant sa vision de la suprématie chrétienne. Certains utilisaient sur le terrain des indicatifs empruntés aux templiers»

Blackwater/Xe n'était pas disponible mardi pour répondre aux accusations. A plusieurs reprises, devant des commissions du Sénat, Prince –qui a dit par le passé regretter «que des homosexuels aient été invités à la Maison Blanche» lors de son stage– a nié farouchement que sa société se soit livrée à un trafic d'armes ou ait recruté d'anciens mercenaires impliqués dans des massacres en ex-Yougoslavie.

Homicide volontaire

Techniquement, le statut des employés de Blackwater en Irak ne satisfait pas les conditions de l'ONU pour être qualifié de mercenaires --peu de pays ont de toute façon ratifié le traité interdisant leur emploi. Les contractuels de Blackwater sont donc essentiellement considérés comme des civils, tels des gardes du corps. A la différence près qu'ils sont équipés d'armes automatiques et subissent un entraînement dans un camp militaire en Caroline du nord, que la compagnie présente comme le plus grand des Etats-Unis.

En Irak, ils ont été jusqu'à 1.000 –en grande majorité des Irakiens. Après la bavure de Nisoor, les autorités irakiennes ont suspendu temporairement leur licence. L'administration Bush a, elle, maintenu leur mission. En mai dernier, le département d'Etat de l'administration Obama a annoncé qu'il ne reconduisait pas le contrat de Blackwater/Xe en Irak. Mais à ce jour, la compagnie n'a pas complètement quitté le pays.

L'autre procès phare –qui doit démarrer le 29 janvier prochain– sur la tuerie de Nisoor est à l'initiative du département américain de la Justice. Le chef d'accusation comprend notamment celui de «d'homicide volontaire». L'un des accusés a choisi de plaider coupable.
*************************************************************
INTERVIEW – Anthony Arnove veint d'écrire «Irak, retrait immédiat»...

Essayiste américain, éditeur et agent littéraire de Noam Chomsky. Auteur de «Irak, retrait immédiat», éditions Demopolis, 19,50 euros

Opposant à l'intervention américaine en Irak, vous plaidez aujourd'hui pour un retrait immédiat des troupes. Les démocrates et certains républicains réclament un retrait progressif. Qu'est-ce que cela vous inspire?
Contrairement à ce qu'on croit, les démocrates et les républicains ne plaident pas en faveur d'un retrait. Il y a un consensus bipartite sur cette question. Ils veulent un redéploiement dans les pays voisins ou dans d'autres régions d'Irak. Car l'objectif reste le même: assurer la présence à long terme des Etats-Unis dans la région, qui possède les deux-tiers des approvisionnements mondiaux en pétrole.

Le contingent va toutefois être réduit d'ici à la fin de l'année...
Oui, mais parallèlement, le nombre de mercenaires privés augmente. Ils sont 180.000 aujourd'hui en Irak. C'est une armée parallèle. Peu de gens le savent aux Etats-Unis, malgré la médiatisation de l'affaire Blackwater (agence privée de sécurité impliquée dans une fusillade en Irak, ndlr).

Vous affirmez que le mouvement anti-guerre, dont vous faites partie, s'illusionne sur les démocrates en croyant qu'ils veulent un retrait, et plaidez pour son indépendance par rapport à ce parti...
C'est d'autant plus préoccupant qu'on s'approche de la présidentielle américaine de 2008. Le mouvement anti-guerre subit une forte pression pour devenir un lobby en faveur des démocrates. Cela fait débat au sein du mouvement. Certains redoutent l'instrumentalisation politique, d'autres, comme MoveOn, encouragent activement une stratégie électorale. Je pense que le mouvement sera plus efficace s'il s'affranchit des partis politiques, car il pourra faire pression sur les deux, républicains et démocrates, comme ce fut le cas pour la guerre du Vietnam.

Ces divisions ne sont-elles pas instrumentalisées par les partis?
Si. Récemment, un républicain a lancé l'offensive contre MoveOn dans le New-York Times, appelant les gens à prendre leurs distances avec cette puissante organisation. Cela oblige les anti-guerres à se poser des questions. On doit ouvrir le débat: quel rapport entretient-on avec les partis? Quel retrait veut-on? Immédiat, progressif? Nous aurons plus d'impact en ayant le même discours.

Quel écho le mouvement anti-guerre a-t-il aujourd'hui aux Etats-Unis?
Il est confronté à un dilemme intéressant. Une grande majorité des Américains pensent qu'envahir l'Irak était une erreur. Mais peu s'investissent concrètement, car ils ont l'impression qu'ils ne peuvent rien faire à leur échelle.

Quelles sont les évolutions positives?
La plus significative, c'est l'émergence de l'association des vétérans d'Irak et du Vietnam (IVAM). Ils ont pris la tête du mouvement anti-guerre. Ils peuvent décrypter et expliquer en connaissance de cause les discours fallacieux de l'administration Bush. Quand on nous dit "soutenez nos soldats", c'est en fait un appel à soutenir les politiques, lesquels envoient les soldats américains au front. Ils sensibilisent aussi les jeunes sur ce qui les attend réellement s'ils s'engagent dans l'armée.
Propos recueillis par Faustine Vincent

source
******
www.20minutes.f

Admin
Admin

Messages : 107
Date d'inscription : 15/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://almanar.super-forum.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum